`

Prendre un cheval en demi-pension : la DP à la loupe

 La demi-pension, c'est comme on dit souvent "un bon compromis". Beaucoup d'avantages et peu d'inconvénients par rapport au fait d'être propriétaire de son propre cheval. Certes, l'aventure n'est pas la même et n'offre pas la même liberté. Mais la formule offre de très nombreux avantages, si toutes les conditions de réussite sont réunies. 

La demi-pension : qu'est-ce que c'est ?

La demi-pension est un accord passé entre le propriétaire d'un cheval et un cavalier.

Le cavalier prend en charge une partie des frais d'entretien du cheval en échange de la possibilité de le monter régulièrement, 2 à 3 fois par semaine en général.

Le propriétaire accepte pour sa part de confier son cheval une partie du temps moyennant la prise en charge d'une partie de la pension. 

La demi pension est un engagement pour propriétaire et demi-pensionnaire, qui s'engagent à s'entendre et se coordonner dans le respect mutuel pour le bien-être du cheval.

La demi-pension fait généralement l'objet d'un contrat, parfois juste d'un accord tacite.

La demi-pension : quels avantages ?

Cette solution très répandue offre de nombreux avantages aux deux parties.

Pour le propriétaire, la demi-pension est un moyen d'alléger le coût de l'entretien du cheval. Selon l'accord passé, une partie des frais d'entretien annexes peuvent en faire partie : une partie de la ferrure, vétérinaire, le dentiste, l'ostéopathe etc. 

Côté confort psychologique du propriétaire : la demi-pension permet au propriétaire de s'assurer que son cheval est dorloté "comme si c'était lui"... Quand tout se passe bien ! 

La demi-pension offre tout autant d'avantages pour le demi-pensionnaire. C'est une solution économique pour les cavaliers qui souhaitent s'investir dans une relation durable avec un cheval sans pour autant acheter leur propre cheval.

C'est un engagement à part entière mais pas aussi lourd que celui incombant au propriétaire. Avoir un cheval, c'est aussi assurer en cas de blessure, de maladie, et assurer, sauf revente, une jolie retraite à son compagnon. 

Prendre un cheval en demi-pension : combien ça coûte ?

Le coût d'une demi-pension de cheval peut varier en fonction de plusieurs facteurs, notamment l'emplacement géographique, les installations disponibles, la race et le niveau de formation du cheval, ainsi que les services inclus dans la demi-pension. En général, une demi-pension de cheval peut coûter entre 100 € et 400 € par mois. Tout dépend du coût des pensions dans votre région et dans votre écurie.

Voici quelques éléments qui déterminent le coût d'une demi-pension de cheval. 

L'emplacement géographique de l'écurie

Les prix peuvent varier considérablement en fonction de la région. Les écuries situées aux alentours des zones urbaines ou très demandées peuvent avoir des tarifs plus élevés. En région parisienne par exemple, on sera plutôt dans le haut de la fourchette de prix. 

Les installations et les services inclus dans la pension 

Certaines écuries proposent des installations très complètes : manège couvert, des paddocks spacieux, des pistes de galop, grandes carrières de saut d'obstacles, accès direct à la forêt, l'accès à un coach ou à des cours d'équitation collectifs, etc.

Les infrastructures et services proposés jouent sur le prix de la pension. Et donc de la demi-pension.  

Le niveau du cheval 

Les chevaux de compétition de haut niveau, en dressage par exemple, peuvent être associés à des tarifs de demi-pension plus élevé en raison de leur potentiel sportif. C'est rare, mais cela arrive. 

Les besoins spécifiques du cheval 

Certains chevaux peuvent nécessiter des soins spécifiques ou des ferrures spéciales qui augmentent les coûts d'entretien, ce qui peut influencer le coût de la demi-pension.

Les conditions de succès d'une demi-pension 

La demi-pension, c'est super. Il faut juste les bons ingrédients...

Un propriétaire et un demi-pensionnaire sur la même longueur d'ondes

C'est la clé. Si vous n'êtes pas d'accord, c'est frictions assurées. Il s'agit d'être d'accord sur le programme du cheval avant tout et la nature des soins. L'enjeu étant et devant rester le bien-être du cheval. Cultiver des qualités cavalières fondamentales communes est sans doute une nécessité.

Du sérieux des deux côtés

Propriétaire et demi-pensionnaire doivent tous deux tenir leurs engagement. On ne prévient pas à 18 h qu'on ne pourra pas venir sortir le cheval. Sauf incident exceptionnel. On s'organise, on communique. Et on parle programme de travail sur la semaine pour que tout se passe bien.

Evidemment, le cavalier demi-pensionnaire doit être impliqué. Et être prêt à venir s'en occuper même si il ne doit que faire du pas exceptionnellement ce jour là.

Un cadre, mais un minimum de flexibilité

Evidemment, il faut des règles. Mais un peu de souplesse des deux côtés niveau emploi du temps.

Et pour être toujours prêt à vous mettre à cheval, nous ne saurions que trop vous conseiller nos chaussettes

De la transparence

Rien ne doit être caché dans ce genre d'accord. Le cheval est tombé ? On en parle. Un élément du matériel est introuvable ? On en parle. L'idée c'est de pouvoir anticiper et réagir en conséquence, et surtout d'adapter le planning du cheval si c'est de lui qu'il s'agit.

Nos conseils pour une demi pension réussie 

Un cadre et un accord solide permettront à propriétaire et demi-pensionnaire d'avancer dans le même sens.

Fixez des jours pour chacun

Ainsi tout est calé. Pas de mauvaise surprise ni d'imprévu. Chacun s'organise en amont.

Faites un planning de travail du cheval

Assurez-vous que vous pouvez accorder vos modes de communication

Si l'autre vous laisse 10 vocaux de 5 minutes après chaque séance et que cela vous coûte de les écouter : il faut pouvoir en parler.

Mettez-vous d'accord sur le matériel

Assurez-vous que les deux selles conviennent, que le matériel retrouve sa place, que les guêtres soient lavées, rangées, et les bandes roulées. Rien de plus facile et de plus agaçant que de se fâcher pour des histoires d'équipement.

Accordez-vous sur le mode de paiement et la date

Les bons comptes font les bons amis. Trouvez un accord et tenez-le, pour le confort des deux parties. 

Choisissez quelqu'un que vous appréciez si possible

La confiance est une condition clé et la sympathie un vrai plus. Quand on s'entend, on se comprend plus facilement, et on est plus à même à la fois de s'exprimer et de faire preuve de flexibilité.

Le tiers et le quart de pension, est-ce que cela se fait ? 

Oui absolument. Selon les besoins du propriétaire. Discutez-en si cela correspond à votre besoin. 

Notre avis sur la demi-pension

Pour avoir vécu les deux cas de figure on peut vous en parler.

Côté propriétaire

C'est super MAIS. La demi-pensionnaire qui prévient à 18H30 qu'elle ne viendra pas alors qu'elle pouvait anticiper ou celle qui met la selle de travers et considère que ce n'est pas grave : c'est non. Assurez-vous plutôt deux fois qu'une du sérieux de ceux avec qui vous vous engagez.

A l'inverse, l'expérience peut-être idéale : la / le demi pensionnaire existe aussi. On l'a vécu !

Côté demi-pensionnaire

Assurez-vous que l'accord convenu convient à vos objectifs. Si vous voulez sortir en concours et que vous n'êtes pas censé sauter avec le cheval, arrivera un moment ou vous vous sentirez frustré. Evaluez bien les pour, les contre, vos envies, vos motivations, mais aussi tous les aspects pratiques de la situation (jours de disponibilités du cheval par exemple). Et engagez-vous en connaissance de cause. 

Ne prenez pas cette histoire d'entente à la légère : si le ou la propriétaire vous tape sur les nerfs avant même le contrat signé, réfléchissez...